Nicole Eisenman, Night Studio, 2009
Huile sur toile. 165,1 x 208,3 cm
Collection Joshua Gessel & Yoel Kremin, Marina-Herzliya

Nicole Eisenman et les modernes. Têtes, baisers, batailles

Fondation Vincent van Gogh Arles

Du 21 mai au 23 octobre 2022

Vernissage le vendredi 20 mai à 19h

Horaires d’ouverture >

Tous les jours de 10h à 18h (dernière admission à 17h15)
En juillet et août : tous les jours de 10h à 19h (dernière admission à 18h15)
Octobre : fermée les lundis – du mardi au dimanche, de 10h à 18h (dernière admission à 17h15)

Nicole Eisenman avec :
Gerd Arntz, Alice Bailly, Karl Ballmer, Max Beckmann, Paul Camenisch, Heinrich Campendonk, Otto Dix, Ensor, Van Gogh, Ernst Ludwig Kirchner, Käthe Kollwitz, Herman Kruyder, Paula Modersohn-Becker, Max von Moos, Otto Morach, Otto Mueller, Edvard Munch, Emil Nolde, Picasso…

Nicole Eisenman produit depuis plus de trente ans une œuvre foisonnante, ouvertement ironique et politique, au caractère provocateur et parfois grotesque. Sa pratique est inspirée de sa vie personnelle et imprégnée des motifs et problématiques de notre monde contemporain, telle la question de l’identité, les conventions sociales ou les rapports de domination.

Évacuant toute référence anecdotique, l’artiste revisite l’histoire de l’art tout en mêlant des éléments de la culture populaire et de la contre-culture. Eisenman réalise cet exercice de métissage avec virtuosité, faisant jaillir de nouvelles associations picturales et mentales qui enrichissent notre vision du présent autant qu’elles complexifient notre regard sur le passé.

Plus de soixante-dix toiles et dessins de Nicole Eisenman seront présentés, offrant un panorama sur son travail depuis les années 1990. En regard de ce large ensemble, presque autant d’œuvres d’artistes modernes du début du xxe siècle ont été rassemblées ; on compte parmi elles les travaux d’artistes de renommée internationale mais également de peintres méconnu·es qui ont joué un rôle important au sein de leur communauté artistique aux Pays-Bas, en Allemagne ou en Suisse.

Commissaire d’exposition : Bice Curiger
Exposition itinérante organisée avec l’Aargauer Kunsthaus en Suisse, la Kunsthalle de Bielefeld en Allemagne et le Kunstmuseum de la Haye aux Pays-Bas.

Nicole Eisenman, Le Kiss Deux, 2015 Encre sur papier. 128 x 114,3 cm. Collection privée

Nicole Eisenman, Le Kiss Deux, 2015
Encre sur papier. 128 x 114,3 cm. Collection privée

Nicole Eisenman, Beer Garden with Ash/AK, 2009 Huile sur toile. 164,9 x 208 cm. Fondation De Ying

Nicole Eisenman, Beer Garden with Ash/AK, 2009
Huile sur toile. 164,9 x 208 cm. Fondation De Ying

Fondation Vincent van Gogh Arles

35 ter rue du Docteur Fanton
13200 Arles

contact
Anne-Sophie Foron
04 88 65 82 84

EXAUCER LE VŒU DE VINCENT

« Et puis j’espère que plus tard d’autres artistes surgiront dans ce beau pays. »
Lettre de Vincent à son frère Theo (Arles, 7 mai 1888)

La Fondation propose une approche unique de Vincent van Gogh en explorant la résonance de son œuvre et de sa pensée avec la création artistique actuelle.
C’est à Arles, où Vincent atteint l’apogée de son art lors de son séjour de février 1888 à mai 1889, que Yolande Clergue convie dès 1983 des créateurs contemporains à rendre hommage au peintre en faisant don d’une œuvre. Grâce au mécène Luc Hoffmann, une fondation reconnue d’utilité publique est créée en 2010. La municipalité met à sa disposition l’hôtel Léautaud-de-Donines, demeure prestigieuse du xve siècle qui, réaménagée par l’agence d’architecture Fluor, offre depuis 2014 plus de 1 000 m2 d’exposition. Le parti pris résolument contemporain est confirmé par l’intégration au bâtiment de deux œuvres permanentes de Raphael Hefti et Bertrand Lavier.
Tout au long de l’année, grâce aux partenariats établis avec des collections publiques et privées, la Fondation présente une ou plusieurs toiles de Vincent en regard d’œuvres d’artistes contemporains – tels Yan Pei-Ming, Roni Horn, David Hockney, Urs Fischer ou Alice Neel. Sont également exposés les maîtres qui l’ont inspiré, Jean-François Millet et Adolphe Monticelli en premier lieu. Outre ces expositions monographiques ou thématiques, la Fondation met en lumière les évolutions culturelles et techniques contemporaines de Van Gogh, les affinités de ce dernier avec d’autres artistes et expressions artistiques, lors de symposiums. La médiation et la programmation pédagogiques sont au cœur des préoccupations de la Fondation qui accompagne les différents publics à travers des visites, des activités créées sur mesure ainsi que des ateliers dédiés aux élèves des établissements scolaires d’Arles et des alentours. La boutique de la Fondation, pensée comme un lien lumineux, coloré et mouvant entre le bâtiment d’origine et son aménagement contemporain, accueille le visiteur dans cette vive clarté si chère à Van Gogh.
La Fondation exauce aujourd’hui son vœu de créer à Arles un lieu de réflexion, de production artistique et de dialogue fertile entre créateurs.

« Puis comme tu le sais bien, j’aime tant Arles […]. »
Lettre de Vincent à son frère Theo (Arles, 18 février 1889)