Nikola Zaric

Association du Méjan

Du 6 mars au 31 mai 2020 | du mercredi au dimanche de 14 heures à 18 heures

Vernissage le jeudi 5 mars 2020

Entrée libre

Le sculpteur romand Nikola Zaric est décédé le 22 août 2017, il venait d’avoir 56 ans. Il laisse une œuvre riche, peuplée de créatures mi-homme, mi-animal. Une œuvre reconnaissable au premier coup d’œil. Un univers peuplé de drôles de bestioles aux attitudes familières, silencieuses, poétiques. Des créatures faites de béton coulé qui vivent très bien dans l’espace public, dans les parcs, dans les hauteurs. De père serbe et de mère valaisanne, Nikola Zaric passe un bout d’enfance en Yougoslavie, puis, ce sera les Pays-Bas. Il a 13 ans lorsque la famille s’installe en Suisse. Sa vocation d’artiste lui démange les mains depuis tout petit, mais il s’orientera vers des études d’ingénieur forestier au Poly de Zurich, puis au milieu de la trentaine, il fera l’École supérieure d’arts visuels de Genève. Artiste très actif, ouvert, curieux, inventif et passionné par le travail de la matière, anciennement président de Visarte Vaud, il aimait le partager et créer du lien. La démarche créatrice de Zaric est constituée de trois étapes principales. Tout d’abord, les pièces de la sculpture sont modelées en glaise, généralement provenant de la glaisière de Pantin qui a approvisionné de nombreux artistes tels Rodin et Brancusi. Les sculptures d’une certaine taille sont constituées de 20 à 30 morceaux différents et sont ensuite assemblés lors du moulage par plâtre. Grâce à ce procédé, le moule est marqué ; autant par les traces des outils employés lors de leurs créations que par les raccords des pièces. Pour Zaric, ces “scarifications” sont primordiales ; il y voit une allégorie à notre statut d’humain; formé d’assemblages, de rajouts et de marques. Le moule, enduit de pigments, accueille enfin le béton. La matière revêt alors une forme de symbolisme ; de la glaise, élément premier par excellence, à la chrysalide du plâtre pour finir à l’immuable de la pierre. Zaric apprécie la frontière floue séparant l’homme de l’animal, il créé ainsi entre zoomorphisme et anthropomorphisme, tout en s’efforçant d’allier ses connaissances scientifiques à une approche poétique et artistique. Zaric est un sculpteur qui travaille la matière pour lui donner vie, il crée entre les mondes, entre l’enfance et l’éternité. Avec ses hommes à têtes d’animal, chacal, cerf ou âne, avec ses femmes lapine ou biche, Zaric cherche à exprimer cette autre part de nous, le plus souvent enfouie ou masquée et nous réinscrit dans la nature.

En savoir +

Nikola Zaric © Thomas WuethrichNikola Zaric © Thomas Wuethrich

COORDONNÉES

Association du Méjan
Place Massillon – 13200 Arles
mejan@actes-sud.fr
04 90 49 56 78
www.lemejan.com