Mario del Curto

Association du Méjan

Du 6 mars au 31 mai 2020 | du mercredi au dimanche de 14 heures à 18 heures

Vernissage le jeudi 5 mars 2020

Entrée libre

Aux inquiétudes contemporaines face à la transformation de nos écosystèmes et à ses conséquences désastreuses sur le vivant, l’artiste suisse répond par un puissant récit photographique, accompagné d’essais critiques. Au fil des expositions, et en raison de l’enthousiasme croissant du public face à sa démarche unique, Mario Del Curto a acquis une reconnaissance internationale. Mario del Curto réfléchit aux liens qui nous unissent au végétal et, sans morale ni catégories, propose un autre regard sur notre environnement et sur ses habitants. Le jardin y est saisi au-delà de sa dimension proprement alimentaire ou paysagère, comme un geste ou une composition ouverte à tous les possibles. Mario del Curto se passionne très vite pour la photographie. Dès 1972, il privilégie les stages et les collaborations à l’apprentissage de techniques académiques. Les mouvements sociaux des années 1970-1980 attirent son œil de photographe et il reçoit en 1994 le Prix Jeunes créateurs de la Fondation vaudoise pour la promotion et la création artistiques suivi en 2007 par le Prix culturel de la Fondation Leenards. Il compte de très nombreuses expositions personnelles à travers le monde (Australie, Allemagne, Belgique, USA, Israël, Japon, Russie, Canada, France, etc.). Son œil affûté l’amène à observer les jardins inventés par l’homme, la perte de biodiversité, les changements environnementaux et à se questionner notamment sur la problématique de la conservation du patrimoine semencier, dans des banques de graines comme celle du Svalbard au nord de la Norvège : “Lorsque j’ai entendu parler de ce dépôt norvégien, je me suis demandé pourquoi il était sponsorisé par des grandes entreprises. Se soucierait-on à ce point de préserver nos céréales sans menace imminente ou intérêt économique ? Cela a été le point de départ de nombreuses lectures, et j’ai voulu donner une dimension politique à ce travail. Le jardin est un savoir et le savoir est toujours un pouvoir ; comment cette domination s’exprime-t-elle à travers le végétal?”. Ce travail l’a amené à publier en 2017 un livre, intitulé Les graines du monde – L’Institut Vavilov, et plus récemment, l’ouvrage Humanité végétale en 2019 aux éditions Actes Sud.

En savoir +

Mario del Curto © DR Mario del Curto © DR

COORDONNÉES

Association du Méjan
Place Massillon – 13200 Arles
mejan@actes-sud.fr
04 90 49 56 78
www.lemejan.com